Accueil > Activités Pédagogiques Culturelles et Sportives > BILAN CLIC 2016-Université Paris Diderot-du 1e juillet au 3 juillet

BILAN CLIC 2016-Université Paris Diderot-du 1e juillet au 3 juillet

mercredi 14 septembre 2016, par Michelle Fy

CLASSE INVERSÉE.
Pour Florence ROBINE, Directrice Générale de l’Enseignement Scolaire, « le temps où l’enseignant était le seul à détenir le savoir est révolu », et la classe inversée, en « mettant le doigt sur la question de la diversification des pratiques pédagogiques » afin que « les élèves soient mis en activité et s’engagent », concourt à « la rénovation de l’éducation », au « renouvellement du développement professionnel des enseignants » et à la « recherche-action ».

Mme ROBINE souligne les convergences entre la Classe Inversée et la Refondation de l’Ecole.

  • Le premier point de convergence repose sur l’élève et l’importance de « l’engagement de l’élève dans son apprentissage » par le biais « d’une démarche
    active autonome ». L’enseignant se doit de réfléchir à l’apprentissage de l’autonomie : comment peut-il rendre ses élèves autonomes ?
  • Le deuxième point de convergence se centre sur le travail personnel de l’élève qui doit être un point central de la pédagogie de l’enseignant : « réfléchir sur la mise au travail de l’élève, son entrée dans les connaissances, sa mise en activité dans et hors du collège. Il n’y a pas d’apprentissage sans accompagnement ».
    Elle insiste également sur la diversification des stratégies pédagogiques de l’enseignant et les Classes Inversées (pour reprendre le terme de Marcel LEBRUN) lui semble un outil très intéressant pour « permettre à l’élève de se mobiliser intellectuellement ».
  • Le 3e point de convergence est l’évolution de l’École : la frontière entre le dedans et le dehors de l’École doit s’estomper au profit « d’un véritable continuum. Le temps révolu où le savoir unique était détenu par l’enseignant interroge la place de l’École dans la construction de l’individu ».
  • Les différents modes d’apprentissage - en présentiel ou bien à distance- « bouleversent le temps de travail de l’enseignant » (réactions dans la salle) et
    elle rappelle que l’évolution du métier de l’enseignant est le corollaire de l’évolution de l’École.
  • Quatrième point de convergence développé : la valorisation des innovations pédagogiques en lien avec la recherche et la démarche de co-construction entre les différents acteurs (professeurs, chercheurs, …).
  • Dernier point : l’usage du numérique. Le terme employé par Mme ROBINE est la « déflagration » du numérique entraînant une organisation différente des espaces de travail (le mobilier et sa disposition dans la salle, le déplacement des élèves dans la salle, …).

Mme ROBINE clôture son discours en insistant sur le fait qu’il devient nécessaire d’explorer diverses pistes permettant aux élèves d’apprendre mieux. Elle revient sur la recherche-action associant la réflexion d’enseignants et de chercheurs.
Parmi les questions posées, une retient mon attention : en collège l’utilisation de smartphone est interdite : comment faire évoluer le règlement intérieur ? Elle propose d’établir une charte avec la mairie afin de préciser pour quel usage sera employé le smartphone dans une intention pédagogique. Une autorisation écrite des parents demandée en début d’année ?
Elle rappelle également qu’il s’agit là d’une opportunité de responsabiliser les élèves.

Vous trouverez ci-joint le compte rendu de ces rencontres autour de la classe inversée.

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017