Accueil > Activités Pédagogiques Culturelles et Sportives > La classe de première STI2D Énergie Environnement visite les installations du (...)

La classe de première STI2D Énergie Environnement visite les installations du Centre Technique Municipal

jeudi 30 janvier 2014, par Bertrand Charier

Les élèves de la classe de première ST2ID, Énergie Environnement, ont visité les installations énergétiques du Centre Technique Municipal à Châtellerault.

Accueillis par Monsieur Éon, responsable du service Développement Durable de la Ville et de la Communauté d’Agglomération du Pays Châtelleraudais (CAPC), les élèves ont découvert une des plus importante installation photovoltaïque solaire ainsi que une chaudière bois plaquette et des panneaux solaires thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire.

La visite s’est terminée par une présentation des enjeux « énergie et climat » pour une communauté d’agglomération détentrice du label CIT’ERGIE et par l’explication de ses différents projets.

Les élèves vous livrent ici leur travail ; bonne lecture.
Bertrand Charier


 Installation Photovoltaïque

par Florian et Michel

L’installation est gérée par l’entreprise Sergie depuis mars 2010, il a coûté environ 1,5 millions d’euros. La superficie de la centrale photovoltaïque est de 2000m2. En théorie la centrale devrait pouvoir produire 250 kWc.


En tarif vert, EDF achète 71 centimes le kWh à la date du contrat, alors que la CTM achète l’électricité pour 12ct/kWh. La différence est payée par les consommateurs (Taxe, CSPE → 16€/MWh), aujourd’hui, le rachat est à 20 centimes.

La prévision de la production annuelle devait atteindre les 300 MWh/an, depuis 2010, en 3 ans la centrale a déjà atteint 1220 MWh, ce qui nous a permit d’éviter de produire 610 Tonnes de Co2.


Les onduleurs installés dans un garage du CTM permettent de transformer le courant continu en courant alternatif avant de réinjecter l’électricité sur le réseau.


 Installation solaire thermique

par Endy et Thomas
L centre technique municipal de Châtellerault possède 6 panneaux solaires thermiques qui font une surface totale de 12m2. L’installation a demandé un investissement de 15 000€. Les panneaux solaires sont installés sur le toit en tuile du bâtiment des ripeurs (éboueurs) ; ils produisent de l’eau chaude sanitaire pour les douches.

Fonctionnement d’un panneau solaire thermique :

L’installation d’un panneau solaire thermique doit être orientée plein sud afin de bénéficier des rayons du soleil dans les meilleures conditions.
Le panneau solaire contient un liquide qui ne peut pas geler par rapport à nos conditions climatiques, ce liquide circule dans le panneau solaire et se réchauffe grâce au rayon du soleil. Il est ensuite envoyé dans un ballon de stockage ou l’eau froide circule et se réchauffe grâce à ce liquide, enfin il retourne dans le panneau solaire et refait ce chemin en boucle. Le ballon d’eau chaude peut également être chauffé par une chaudière d’appoint en cas de temps trop nuageux.
L’apport solaire couvre environ 50% des besoins annuels en eau chaude sanitaire.

Illustration issue du site Ecosystec


 Chaudière bois plaquette

par Dennis et Benoît
Le site du Centre Technique Municipal de la commune de Châtellerault est chauffé par deux type de chaudières une à bois et une à gaz :

  • la chaudière principale est une chaudière à bois à plaquettes de 360 kW. La surface bâtie totale à chauffer est de 1200 m 2. Ce qui correspond a un besoin énergétique de 835 MWh ; soit 255 tonnes de plaquette par an pour un coût de 27 842€. Les plaquettes de bois sont stockées dans un silo.
  • la chaudière à gaz est une chaudière secondaire. Elle permet de chauffer en cas de nécessitée si la chaudière principale n’est pas suffisante en cas de grand froid par exemple. Sa puissance est de 700 kW et les calories sont stockée dans un ballon de 5000 litres.

 Chauffage de la salle Omnisport et du Dojo

par Flavien et Yoann
La salle omnisports a été construite dans les années 70. À sa création l’isolation de la salle omnisports était réduite aux murs en béton ainsi qu’un bardage extérieur en bois, il y avait donc de grosse déperdition de chaleur. L’isolation de la salle omnisports a été rénovée par l’extérieur, un bardage de bois et de fer a été ajouté afin de donner un aspect esthétique à la vue extérieur de la salle omnisports.
Le Dojo avait sa propre chaudière, indépendamment de la salle omnisports. Lorsque celle-ci tomba en panne, elle fut supprimée pour être remplacée par un réseau de chaleur.
L’économie réalisée par l’isolation de la salle omnisport a permis de constater que les chaudières étaient surdimensionnées. Les puissances installées étaient de 460 kW et de 285 kW pour les deux chaudières de la salle omnisport alors que la chaudière du Dojo était de 175 kW. L’économie de consommation s’élève à environ 200 kW et s’avère nettement suffisante pour chauffer également le Dojo avec les deux chaudières. Ce système a également permis d’économiser 2,000€ par an de maintenance de la chaudière du Dojo qui n’existe plus.
L’illustration ci-dessous montre la chaufferie et le réseau de chaleur constitué.


 Projet Hydrolienne

par Rémi
Ce projet a pour but de devenir la 4e source d’autoconsommation du Pays Châtelleraudais. Après la mise en place de panneaux solaires (photovoltaïques et thermiques) et d’un système de chauffage à base de biomasse, la nouveauté est hydraulique !

Problématique :
L’arrivée des hydroliennes, un investissement rentable ou une amélioration de l’image châtelleraudaise ?

I. Le coté technique.

Mode de fonctionnement :
Une hydrolienne est une turbine hydraulique (sous-marine ou à flots) qui utilise l’énergie cinétique des courants marins ou fluviaux, comme une éolienne utilise l’énergie cinétique du vent.
La turbine de l’hydrolienne permet la transformation de l’énergie cinétique de l’eau en mouvement en énergie mécanique, qui peut alors être convertie en énergie électrique par un alternateur.

L’emplacement :
La municipalité de Châtellerault a décidé d’installer 2 hydroliennes en plein cœur de la ville, au niveau du pond de la voie ferrée LOUDUN-CHATELLERAULT, aujourd’hui désaffectée.
Le projet est d’utiliser les pilles du pond comme support des hydroliennes.

Les avantages de production :

L’avantage de ce procédé face aux éoliennes est que le débit de l’eau est constant tandis que celui de l’air est aléatoire.
Les hydroliennes sont beaucoup plus petites que les éoliennes pour une même puissance, cela étant dû à la masse volumique de l’eau qui est environ 800 fois supérieure à celle de l’air.

La production annuelle de cette installation est estimée entre 10 et 40 MWh, ce qui serait un apport conséquent et non négligeable au projet autoconsommation de l’énergie Chatelleraudaise.

L’aspect économique

L’installation de ce système est estimée à 90 000€. L’énergie produite par les hydrolienne sera consommée sur le site du CTM (auto-consommation) ; sachant que le coût actuel de l’énergie est de l’ordre de 10c€ le kWh et que l’installation pourra produire 40 MWh par an, le calcul est simple :

40 000 x 0,10 = 4 000€/an donc 90 000/4 000 = 22,5 années

Soit, près de 23 années de production maximale seront nécessaires au remboursement de l’investissement initial.
En conclusion, ce projet laisse percevoir un but d’avantage écologique que économique. Le retour de l’investissement étant relativement élevé, l’idée ressortant de cette analyse pencherait vers un remaniement de l’image Châtelleraudaise.

En apprendre plus :